Couronnement de Pie II
  • ACCUEIL
  •   |  
  • BIOGRAPHIE
  •   |  
  • ŒUVRE
  •   |  
  • DOCUMENTS
  •   |  
  • QUID
  •    

    Æneas Sylvius Piccolomini (1405-1464) ou Enea Silvio en italien, natif de Sienne, qui fut pape sous le nom de Pie II, fut l’un des hommes les plus lettrés de son temps. Il exerça une influence énorme sur son siècle et si l’homme eut parfois un comportement moral discutable dans sa jeunesse, il n’en faut pas moins reconnaître qu’il est peu d’individus qui aient reflété d’une manière aussi complète, aussi vivante, le temps et la culture intellectuelle d’alors ; il en est peu qui rappellent aussi bien que lui le type de l’homme de la Renaissance à son début.

     

    Pie II fut un homme sincère, amoureux de la nature, « Sylvarum amator » (« amoureux des bois »), franc et naïf même dans ses défauts. Son trait de caractère principal était son extrême sensibilité. En vrai caméléon, il prenait la couleur adaptée par les circonstances et se comportait comme les susdites circonstances l’exigeaient. Sa sensibilité à la beauté qui avait corrompu ses mœurs dans ses jeunes années, le fit tomber amoureux de la nature, prendre plaisir à voyager et former son style jusqu’à en faire un des écrivains les plus attrayants et l’un des orateurs les plus éloquents du XVe siècle. Ses notes de voyage sont les meilleures de leur genre parmi la littérature de la Renaissance. Il y décrit avec un vif intérêt non seulement les villes et les scènes champêtres mais les industries, les produits, les constitutions politiques, les manières et les mœurs.

     

    Homme curieux, l’une de ses fréquentes remarques était « L’avare n’est jamais satisfait de son argent, ni le sage de son savoir » ; il s’appelait lui-même « varia videndi cupidus », « désireux de voir une quantité de choses ».  Il vécu plusieurs vies une d’aventurier humaniste arriviste sans morale mais vif et pragmatique et une autre de clerc que l’âge à rendu sage et à qui s’est attaché à restaurer l’autorité morale du Saint-Siège. C’est ainsi qu’au fur et à mesure que ses responsabilités s’alourdissaient, son caractère prit de la densité et de l’épaisseur. Il avait surmonté la sensualité de sa jeunesse, et fut moralement un pape fidèle, soucieux de ses devoirs et plus humble : « Plus on sait, plus on doute ». Il avait racheté les erreurs de sa jeunesse par la dévotion de l’âge mûr, et avait fait honte au cynisme de ses pairs par la noblesse de sa mort.

    Armoiries du Pape Pie II

    Blason du Pape Pie II

    « Varia videndi cupidus »...
    histoire et héritage d’Æneas Sylvius Piccolomini qui régna à Rome sous le nom de Pie II
    de 1458 à 1464.

    Blason du Pape Pie II
    2010 VIA LUPO
    eXTReMe Tracker